Pénombre

Publié le 1 Décembre 2013

Pénombre
















Ce qu’un pan entier d’histoire m’a offert

Tendu d’une main

Fermée la porte

Coup de rein

Rire mille et une fois

Du ridicule droit sur les falaises

Du rien

Une marche et puis l’autre


D’un accueil réservé

Pour un repris d’injustice

L’acte premier

Lui seul recherche même

Ce qu’il serait

Septième jour

Nourri logé si clair

Aujourd’hui innocent de toute suspicion

D’étrange jaune amer


Au bout

Manuscrits / Nuages / Noirs et blancs

Creusé dans le passé l’avenir

Hors les jeux uniformes

Tous ligués

Trois lettres seulement

Tomber ici là-bas

Armés bagages des passagers

La force fût avec le chiffre

Du prisonnier


Qui ne voudrait arpenter de nouveau

Le palais

Ne voudrait ternir

Ames d’exil en cuivre repoussé

De cette ombre portée

Juste deviner luire

En ce caché au regard des rencontres

De nos racines colorées de déluge

Du livre retrouvé

D’Ilan et de ces vies

Improbables réelles / Avoir seulement au moins des origines juives

Rédigé par C. Mazières

Publié dans #Poésie, #poèmes

Repost 0